En image

LA MARCHE NORDIQUE ?

Connaissez-vous ce sport ? Plus qu'une marche dynamique elle permet à ses pratiquant de certe se maintenir en forme mais aussi d'aérer l'esprit oublier l'espace de deux heures environs ses tracas quotidien. Loin du stress du travail et de la ville, la marche nordique de Gaillac permet à ses adhérents de pratique ce sport dans le pays gaillacois et bénéficier ainsi de paysage et d'une nature paysagé voir encore sauvage par endroit. découvrez avec nous ce sport qui nous vient de pays froids mais que l'on pratique dans une région chaude ! 

IMG_5018-4.jpg
EN QUELQUES MOTS

La marche nordique (en anglais : nordic walking, en finnois : sauvakävely) est un sport de plein air qui consiste en une marche accélérée avec des bâtons de marche spécifiques, généralement en matériau composite. Ce sport, extrêmement populaire dans les pays scandinaves, se pratique été comme hiver. Dérivée du ski de fond, la marche nordique est différente de la marche athlétique en raison de l'utilisation de bâtons et par le fait que le marcheur ne peut pas être disqualifié pour jambe non tendue.

Les séances de marche nordique durent généralement d’une à deux heures, précédées d'échauffements gymniques et suivies d'étirements. Majoritairement pratiquée en activité de loisir, la marche nordique fait l'objet de compétitions sportives. En France, ce sport est rattaché à la Fédération française d'athlétisme.

NAISSANCE DE CE SPORT

La création de la marche nordique remonte aux années 19201. Durant la décennie suivante, elle est principalement pratiquée en Finlande. Les skieurs de fond finlandais s'en servent comme mode d'entrainement hors saison lorsqu'il n'y a pas de neige1.

Les précurseurs finlandais de la discipline sont Leena Jääskeläinen et Mauri Repo. La première, enseignante à la Faculté d'éducation physique de l'Université de Jyväskylä à Helsinki, introduit en 1966 des sessions de marche nordique dans ses cours et vante ses mérites par rapport à la marche classique. Le second, professeur de ski finlandais, publie Hiihdon lajiosa en 1979 qui contient des méthodes d'entrainement hors saison pour le ski de fond proches de la marche nordique moderne1,2.

En 1997Marko Kantaneva, professeur de sport finlandais, publie son livre Sauvakävely sur une méthode de marche avec bâtons ainsi que des exercices de préparation physique1,3. Durant la même année, pour pallier le manque de neige, la fédération finlandaise de ski organise la première compétition de marche nordique1.

La discipline connaît une importante expansion dans le pays et en 2000, on dénombre un million de pratiquants, soit une personne sur six. La même année, en Finlande, Aki Karihtala fonde l'International Nordic Walking Association (INWA), une organisation internationale qui a pour vocation de promouvoir et développer la pratique de la marche nordique1.

L'ÉQUIPEMENT POUR SA BONNE PRATIQUE

Les bâtons de marche nordique peuvent être de deux types : monobrins ou multibrins. Les premiers possèdent une tige d'un seul tenant et sont disponibles en plusieurs tailles. Composés de deux ou trois brins, les seconds sont télescopiques et réglables en verrouillage par torsion. Les bâtons monobrins sont en général plus solides et plus légers. Les bâtons multibrins sont plus facilement transportables11.

En moyenne, la taille des bâtons s'obtient en multipliant la taille du pratiquant par 0,7 ou en soustrayant 50 cm. En cas d'entre deux, des bâtons plus courts sont conseillés pour une marche tranquille tandis qu'une taille supérieure convient mieux pour une allure plus soutenue12.

Les bâtons peuvent être composés de fibres de verrealuminium ou fibres de carbone. Les matériaux composites sont conseillés par rapport à l'aluminium plus robuste qui est remis en cause pour sa non-absorption des torsions et des vibrations. Ces dernières seraient transmises intégralement aux articulations des coudes et des épaules. La fibre de verre tend à être délaissée au profit de la fibre de carbone plus résistante11,12.

Les pointes de bâtons sont en métal durci. Idéales pour les sentiers et la plupart des environnements naturels, elles doivent être protégées par des pads en caoutchouc sur les terrains durs tels que routes, trottoirs, etc. Les pads peuvent être amovibles ou intégrés au bâtons. Les premiers peuvent être facilement perdus, les seconds s'actionnent avec un système coulissant qui peut se bloquer à cause de la boue11,13.

Un bâton de marche nordique est muni d'une dragonne et d'un gantelet pour permettre son lâchage puis rattrapage. Ils sont indispensables pour assurer la propulsion vers l'arrière et le retour de la poignée dans la paume lors du mouvement de bras vers l'avant. Pour des raisons pratiques, certains modèles de bâtons ont des gantelets clipsables11.

Concernant les chaussures, celles de marche à pied, de jogging, de trail ou de trekking conviennent à la discipline14. Elles doivent être légères, résistantes et aérées15. Certains équipementiers sportifs peuvent proposer des chaussures spécifiques à la marche nordique.

C'EST BON POUR LA SANTÉ !

La marche nordique est un sport d'endurance16 efficace pour :

  • le bien-être physique (sentiment de mouvement naturel) et mental (contre le stress) ;

  • le fitness en plein air (la nature comme centre de mise en forme), dans des lieux et des terrains différents, avec un aspect de découverte.
     

Souvent pratiquée en groupe, la marche nordique comporte aussi un aspect relationnel et social important.

Elle permet d'améliorer la respiration, le système cardio-vasculaire et l'amplitude pulmonaire et de tonifier la chaîne musculaire de l'ensemble du corps : épaulespectorauxabdominauxbrasdos, cuisses et jambes ; c'est un sport complet et équilibré pouvant être pratiqué à tout âge17,18. Elle présente en outre des avantages pour :

Elle constitue une base d'entraînement pour différents sports tels que la randonnée pédestre, la raquette à neige, le ski de fond (85 % des muscles sont entraînés) et elle peut être complémentaire à d'autres sports.

Du point de vue énergétique, la marche nordique permet de brûler en moyenne 400 calories par heure contre 280 calories pour la marche normale. Ainsi elle est de 40 à 50 % plus efficace que la randonnée pédestre. En revanche, elle est plus douce que le footing et le jogging ; du fait d'une réduction des charges sur les articulations du dos, des genouxchevilles et des pieds, elle provoque moins de douleurs articulaires.

c978ea45-cc8b-415e-a971-225d81ffa0e2.jpg